Je pars de photos et de croquis pris sur le vif de modèles vivants en station balnéaire. La plage n'est qu'un prétexte à peindre. 
Le sujet est la peinture.
Chaque étape est importante et doit être habitée. Le commencement est aussi important que la fin. Je cherche un tableau frais, une exaltation par la couleur, la luminosité ou la valeur. Quelque chose qui ne soit pas neutre. Je ne cherche pas le beau tableau mais le juste tout comme un écrivain: le mot précis avec toute sa verve. 
Mes toiles sont lieux d’arrêt, de cristallisation de mes souvenirs. 
Très fixes, elles ne parlent que de mouvements. L’instant est suspendu, interrompu, le geste figé, sur pause, dans l’attente d’un futur incertain. Elles restituent des corps en mouvement qui finissent par être flous, le corps étant ici tout en étant là.
Eléments, mouvements, je veux que l’on soit dans la scène pour y inclure le spectateur; qu’il soit dedans tout comme je le suis.
Je travaille par strates. Je débute par un fond puis j’entreprends de placer mes personnages. Ensuite, je laisse aller mon imagination tout en structurant ma composition et au final je retrouve une histoire mêlant des personnes existantes et inventées dans des histoires imaginées.
Par cette confrontation, chaque observateur peut alors s'inventer sa propre histoire.
 
Mes références : Kirkeby, Marc Desgranchamps, Peter Doig...